Poster un commentaire

Saint georges chez Salvador Dali

Voyons maintenant chez Salvador Dalí comment le thème de saint Georges et le dragon a pu nourrir son œuvre.

Tout d’abord, bref rappel de qui est Dalí . Artiste espagnol né en 1904 et mort en 1989, il possède un panel de compétences artistiques très divers: peintre, sculpteur, cinéaste, photographe… Il fait parti du groupe des Surréalistes tout en s’en détachant à la fois. Le site de la Fondation Gala-Salvador Dalí (créé par lui-même en 1983) offre une biographie bien détaillé de l’artiste et en donne une version étendue en format pdf.

Nous pouvons ajouter à la précédente biographie, l’approche d’Evene qui présente Dalí « dans son œuvre ». Il nous présente succinctement les idées surréalistes qui motivent l’artiste.

« La différence entre les surréalistes et moi, c’est que moi je suis surréaliste. »

Concentrons-nous maintenant sur l’un des sujets favoris du surréaliste espagnol: saint Georges . Nous recensons de nombreuses lithographies exécutées tout le long de sa vie et non à une période particulière. (images dirigées vers notre Flickr)

                                           

Ce thème l’a beaucoup marqué et nous cherchons encore aujourd’hui pourquoi. Nous pouvons voir certains symboles daliniens comme la béquille (langue du dragon), la présence du thème héroïque ou encore l’absence de visage (chevalier). Plusieurs interprétations seraient possibles bien sur même si ceci n’est pas notre but ici. Par exemple, en tant que catalan, Dalí a pu faire référence au saint patron de sa région San Jordi et par extension à la lutte de la Catalogne pour sa liberté (voir un article rédigé par Laura K. Lawless sur About.com); ou nous pouvons y voir aussi la lutte entre l’homme et son inconscient selon les idées freudiennes défendues par l’artiste. Le site du Musée d’Art italien de Lima au Pérou propose une interprétation des thèmes abordés par Dalí et d’autres artistes lors de l’exposition Del mito al Sueño. Rodin…. Dali (Du mythe au Rêve. Rodin…. Dalí) qui eu lieu du 07/10/2008 au 25/01/2009. Ils recensent dans l’ « Introduction: The Modern Man » cinq thèmes: l’Amour, la Femme, le Corps, le Cheval et enfin le Temps; dont deux ayant des liens directs avec la représentation de saint Georges.

Si vous partez en quête de la représentation de la légende de saint Georges chez Dalí, vous trouverez énormément d’assimilations comme le Spectre de Vermeer à Delft (1934), ou encore la couverture de Vogue de 1944, Roger délivrant Angélique (1970), Don quichotte, saint Georges et le dragon (1967), Pégase (1963), Le dragon (1967), …

Ceci est un thème qui mériterait pleinement une recherche poussée, ce qui n’est pas encore le cas aujourd’hui malgré l’aura de Dalí. Ses fameuses « Montres » ont d’une certaine manière évincée certains thèmes récurrents chez l’espagnol comme saint Georges tuant le dragon. A ce jour, notre thème ici abordé fait encore parties des profondeurs de la pensée dalinienne.

« La peinture est la face visible de l’iceberg de ma pensée. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s